L'allaitement ne doit pas faire mal.




Allaiter n'est pas sensé "faire mal".

J'aimerais que les nouvelles mamans puissent commencer à allaiter bébé sans avoir cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Surtout, j'aimerais que cette idée fausse ne soit plus diffusée par les professionnels de la périnatalité.


Je reçois régulièrement des messages de mamans qui ont des difficultés à allaiter et à qui l'on a dit "c'est normal, madame, cela va passer avec le temps". Non, non et non!

Si l'allaitement fait mal, il faut en chercher la cause! cela peut être une position qui ne convient pas (notamment si bébé a des tensions au niveau du cou, du dos, de la mâchoire, ...), une adaptation qui est plus difficile pour bébé qui n'a pas encore tout à fait la "bonne" manière de positionner sa langue et sa bouche (ce qui peut demander un peu plus de vigilance pour ne pas laisser s'installer une prise inadéquate du sein). Cela peut être aussi dû à des freins buccaux restrictifs (certains sont évidents, d'autres moins) ou d'autres fonctions inadéquates de la sphère orale.


Donc, un allaitement qui engendre de la douleur demande un accompagnement rapproché de la dyade maman-bébé (et avec le soutien de l'autre parent!!!), une observation attentive et une aide pour que maman et bébé puissent trouver la position la plus confortable pour les deux. La position naturelle d'allaitement (biological nurturing) est souvent à essayer, mais ne convient pas non plus à tous. Même si l'on conseille que le ventre du bébé soit tourné vers le ventre de maman, pour certains bébés avec des tensions, cela peut être impossible. Il faut donc, je le répète, observer ce qui se passe et chercher avec la maman ce qui est le plus juste pour elle et son bébé.


Nous avons tendance à vouloir des recettes pour tout, mais c'est un chemin de facilité pour le professionnel, certainement pas pour maman et bébé! Il n'y a pas qu'une solution à chaque difficulté!


Je vous encourage donc à chercher, pendant la grossesse, une professionnelle bien formée à l'allaitement qui puisse vous donner des explications avant la naissance (parce que, malheureusement, vous risquez d'entendre tout et son contraire en maternité) et, surtout, qui puisse vous suivre en postnatal et être disponible dès qu'un problème se présente. En effet, il ne faut pas "attendre" et "mordre sur sa chique". J'ai vu trop de mamans les orteils recroquevillés quand bébé commence à téter!!! Il faut agir rapidement et être accompagnée.


Et j'aimerais aussi aborder le fait que de nombreuses mamans vont renoncer à l'allaitement parce que quelque chose ne va pas. Si cela convient à certaines, beaucoup d'autres vont en tirer un sentiment d'incompétence et une grande déception. Il est important de réaliser qu'il y a des solutions, même quand l'allaitement est difficile, voire douloureux, non pas pour souffrir en silence, mais pour s'assurer qu'une lactation suffisante peut être maintenue le temps de régler le problème. Et, encore une fois, avoir quelqu'un de bien formé (je pense bien sûr aux consultantes en lactation IBCLC). La solution rapide et "facile", c'est de proposer des suppléments de lait artificiel , souvent dès les premiers jours, voire heures. Or il existe d'autres solutions, notamment pour tirer le colostrum, et puis le lait, et le donner au bébé.


Donc.... surtout, entourez-vous des bonnes personnes et si quelqu'un ne vous convient pas ou ne répond pas à vos attentes, n'hésitez pas à changer de professionnel. Ces heures-là sont cruciales. N'attendez pas!


45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout