La thérapie crânio-sacrée somato-émotionnelle

La thérapie crânio-sacrée somato-émotionnelle est une approche douce, sans « manipulation ». Cette thérapie s’intéresse à la mobilité des tissus et des articulations, ce qui améliore leur structure et leur fonction. Elle travaille sur les fascias et fait appel aux mémoires tissulaires du corps.

La thérapie crânio-sacrée a comme particularité de se baser sur l'auto-régulation. Cela signifie que ce n'est pas le thérapeute qui "corrige" la tension. Celui-ci va inviter la personne, bébé, enfant ou adulte, à faire les ajustements dont il a besoin, en lui montrant une autre direction que celle qu'il connaît et en suivant ce qui se montre.

Pour en savoir plus voici un autre lien vers le site de l'Institut Upledger Belgique et le site de l'association française.

Voici un lien vers une explication très intéressante de ce que sont les fascias.

 

 

Pour la maman, pendant la grossesse et le postnatal

La thérapie crânio-sacrée somato-émotionnelle peut être très aidante pendant  la grossesse.

Elle permet d’améliorer certains des inconforts de la grossesse et parfois, d’aborder certaines situations plus émotionnelles.

En postnatal, on peut également améliorer certains problèmes  liés aux changements physiques entraînés par l’accouchement. Elle permet aussi de travailler sur certains vécus difficiles.

Pour le bébé

 

Pendant la grossesse, le bébé se place dans le bassin parfois très tôt dans un seul endroit et reste un peu coincé dans cette position. 

Lors de la naissance, le bébé chemine dans le dédale du bassin, à travers un passage plutôt étroit. Le trajet qu’il doit parcourir l’oblige à tourner à plusieurs reprises pour s’adapter, tout en surmontant certaines aspérités (comme le promontoire du sacrum).

Lors des contractions utérines, la nuque et la colonne du bébé sont particulièrement sollicitées d’autant plus si sa tête n’était pas tout à fait bien placée.

Ceci peut entraîner des tensions dans les muscles et les fascias, tout comme un positionnement particulier pendant la grossesse.

Quand le bébé va téter, les mouvements de la langue et de la mâchoire peuvent en être perturbés. Leur mobilité adéquate est fondamentale pour que l’allaitement se déroule normalement.

A priori, le bébé va rétablir ces blocages de lui-même, notamment par la succion lors de l’allaitement. Parfois, les tensions sont plus importantes et  les os ne reprennent pas leur place aussi rapidement que souhaité et cela peut perturber différentes fonctions. Il arrive que l’on constate des difficultés pour la mise au sein ou des inconforts de bébé dans certaines positions, un besoin de succion exagéré, un bébé plaintif, etc…

 

Chez le nouveau-né, les os du crâne ne sont pas encore soudés  et il n’y a pas encore de compensations installées, ce qui favorise la réponse au traitement.

 

Il arrive que, pendant le traitement, le bébé contacte des émotions qu’il a vécues pendant sa naissance et puisse les exprimer, ce qui facilite la récupération. L’accompagnement des parents pendant le traitement est donc très important.

 

La thérapie crânio-sacrée somato-émotionnelle s'intéresse aussi à la prévention de la plagiocéphalie. Cette déformation du crâne de bébé due à la grande malléabilité des plaques osseuses peut apparaître soit à cause d'une position particulière pendant la grossesse, soit pendant l'accouchement, mais aussi par manque de possibilité de se mobiliser, notamment avec le couchage sur le dos. Dans presque toutes ces situations, on retrouvera des tensions dans le haut du dos et la nuque pour lesquelles il est essentiel de proposer différentes solutions, du traitement au portage, en passant par le couchage et les jeux. Beaucoup d'accessoires vendus pour soit disant éviter la plagiocéphalie l'aggravent, au contraire.

  • Black Facebook Icon

Partager

©2018 comprendre-mon-bebe.com
 

  • Black Facebook Icon