De l'importance de reconnaître le vécu de chacun au moment de la naissance

Mis à jour : 27 mai 2019



Jeudi dernier, j'ai eu la chance de participer à un débat organisé par la maison de naissance du CALM à Paris, dans le cadre de la SMAR (Semaine Mondiale de l'Accouchement Respecté). Ce fut un moment très intense et plein d'émotions.

Evoquer le vécu de chacun lors d'une naissance (qui inclut aussi toute la période de conception, gestation, de naissance et ensuite) vient, forcément, toucher chacun de nous, à sa façon.

Amélie, bénévole à l'association Maman Blues, a témoigné avec beaucoup de courage, de façon très touchante, de la difficulté que peuvent vivre certaines mères à comprendre l'attachement qui les lie à leur enfant.

Mathilde Bouychou, psychologue eu sein de l'association Maman Blues, a témoigné de l'importance d'un réseau et du soutien nécessaire pour que les mamans en difficulté d'attachement soient soutenues, reconnues, épaulées durant cette période difficile.

Céline Chiale, éducatrice de Jeunes Enfants à la Maison des Liens Familiaux (Paris) et formatrice à l’IRTS de Paris, a expliqué combien la pluridisciplinarité permet d'offrir le meilleur suivi possible aux familles en difficulté. Clair d'Hennezel a partagé son expérience du revécu de naissance dans des stages de groupe.

De mon côté, j'ai partagé mon expérience en thérapie crânio-sacrée et revécu émotionnel de naissance.

Tout cela mené par Anne Morendeau, sage-femme du CALM et modératrice de cette table ronde.


Si je vous partage tout cela, c'est parce que je trouve tellement important qu'un maximum de personnes prennent conscience de l'importance de reconnaître les bébés dans leur vécu. C'est ce qui fait que j'ai décidé de faire ce blog, c'est ce qui fait que je consacre ma vie professionnelle depuis plus de 35 ans à accueillir les nouveaux parents, les bébés, les familles et faciliter la communication qu'ils peuvent avoir entre eux, dès le début de la vie de l'enfant.

Chaque fois que je fais un exposé, une conférence sur le sujet du vécu du bébé au moment de sa naissance, les larmes coulent dans la salle. Chacun d'entre nous est né, chacun d'entre nous est passé par des émotions lors de cette arrivée au monde, mais combien ont été entendus? Combien de parents qui ont eu un enfant sont surpris du vécu possible de sa naissance par cet enfant?


Ce que je propose aux parents lorsque je les vois en période prénatale, c'est qu'au moment où bébé arrive, ils prennent le temps de le laisser atterrir, et de lui dire "nous sommes heureux de te voir, cela a peut-être été difficile pour toi. Tu peux nous raconter, on t'écoute". Les parents ont plutôt tendance à vouloir consoler bébé et lui disent "chut, c'est fini!". En faisant cela, ils coupent court au récit du bébé et, surtout, ils ne sont pas en train de l'écouter et de le reconnaître dans son vécu. Or, c'est ce qui est important pour lui (pour faire une comparaison avec des adultes, c'est un peu comme si vous rentriez du travail après avoir vécu quelque chose de très difficile. Vous voulez le raconter à votre conjoint et il vous dit "ce n'est rien, c'est fini!". Ce n'est pas cela que vous voulez entendre!).


Pour les professionnels présents au moment de la naissance, ils peuvent avoir le même discours, surtout si les parents, eux, ne le font pas ou ne peuvent pas le faire.


Tout ceci ne coûte pas un sou mais peut déjà changer beaucoup la façon dont bébé se sent accueilli et la façon dont ses parents le voient, le comprennent et l'accompagnent.


Le vécu des parents aussi est à accompagner. En effet, le témoignage d'Amélie nous a bien montré comment des difficultés peuvent passer assez facilement inaperçues si, en tant que professionnel, on ne développe pas nos sens au maximum. Amélie nous témoignait combien elle parvenait à s'occuper de son bébé de façon "normale" alors qu'elle était en grande difficulté émotionnelle d'attachement avec ce bébé.

Je rencontre souvent, dans mes consultations, des parents qui mettent de côté l'intensité de leurs émotions parce qu'il faut prioriser les soins à bébé. Du coup, ils vivent avec ces émotions enfouies quelque part et qui les minent parfois jusqu'à la prochaine grossesse ou une période de vie plus intense ou plus difficile où ce "paquet" va ressortir souvent assez violemment.

Il ne faut pas banaliser l'intensité des émotions que l'on vit au moment d'une naissance, d'autant s'il y a eu des complications et que l'on a eu peur. Le "tu vas bien, bébé aussi, donc...." est loin d'être aidant pour les parents.


J'en profite pour vous partager un petit film témoignage sur la maison de naissance CALM



0 vue

©2018 comprendre-mon-bebe.com
 

  • Black Facebook Icon